Booster sa fertilité (masculine et féminine)



Si vous demandiez à un enfant comment faire un bébé, il vous répondrait sûrement que d’abord papa et maman s’aiment très fort, ils se font des bisous puis le ventre de maman grossit et enfin elle donne naissance à un bébé. Les plus petits vous diront encore que ce sont les cigognes qui apportent les bébés, tandis que nous adultes, nous dirons qu’il faut qu’un spermatozoïde trouve le chemin jusqu’à un ovule pour qu’il soit fécondé.

Enfanter paraît si simple dans la littérature et le quotidien des gens. Pourtant, donner vie dépend de nombreux acteurs qui participent ou interférent dans le processus de fécondation.

Alors si vous essayez d’avoir des enfants depuis un certain moment et que cela n’a pas encore été fructueux, ne vous découragez pas et mettez toutes les chances de votre côté en mettant votre corps dans les meilleures dispositions.

Qu’est-ce que l’infertilité ?

Si l’on se réfère à la définition de l’OMS, l’infertilité est l’incapacité de mener une grossesse à son terme après un an ou plus de rapports sexuels réguliers non protégés. Cette définition concerne les femmes de moins de 35ans, pour celles âgées de plus de 35ans, la période est plus courte, et nous parlons alors d’infertilité après 6 mois de rapports sexuels réguliers et non protégés.


1 . Fonctionnement de l’appareil reproducteur et fertilité :


Tout ne consiste pas à l’introduction d’un pénis dans un vagin…au cas où certains pensaient que cela se passait comme ça =)


Le rôle des hormones : GnRH, FSH, LH, Testostérone


Les hormones jouent un rôle prépondérant dans la procréation, car ce sont elles qui vont réguler les cycles afin notamment de produire des ovules chez la femme et des spermatozoïdes chez l’homme.

Sans rentrer dans de grandes explications scientifiques, il faut tout de même savoir que les hormones sont produites et régulées par une partie du cerveau, en l’occurrence l’hypothalamus/hypophyse.

L’hypothalamus sécrète une hormone nommée GnRH, qui va stimuler la glande hypophyse afin qu’elle libère à son tour 2 hormones, LH et FSH qui vont agir directement sur les organes reproducteurs.




Dans un premier temps il est donc important de s’assurer de la présence en quantité suffisante de ces hormones.

Dans l’alimentation, les acides gras oméga 3 sont essentiels à la production d’hormones, il faut donc absolument les retrouver dans l’alimentation. Vous retrouverez la liste des aliments contenant des omégas 3, dans la partie alimentation de cet article.

Un taux trop important ou insuffisant des hormones LH et FSH nuisent à la fertilité, n’hésitez pas à consulter un médecin pour faire un diagnostic.


Période de fertilité et symptothermie :


Afin de maximiser les chances de concevoir, il est également important de bien connaître son cycle chez la femme. La période de fertilité correspond aux quelques jours avant (4 à 5 jours) et après (1 à 2 jours) l’ovulation.

Tout en conservant bien à l’esprit, qu’un ovule ne vit que 24h quand un spermatozoïde peut quant à lui survivre pendant 4 jours à l’intérieur de l’utérus.

Le but est donc d’identifier la date de venue de l’ovulation afin de pouvoir déterminer les jours alentours qui donneront le maximum de chance de concevoir.

La symptothermie est une méthode qui va vous permettre de repérer votre période de fertilité à partir de l’observation croisée de la texture de la glaire cervicale et de la température corporelle.


La température :


Relevé de température à l’aide d’un thermomètre le 1er jour du cycle (1er jour des règles) jusqu’au 1er jour du cycle suivant.

En fonction du taux de progestérone, la température va varier au cours du cycle pour chuter juste avant l’ovulation, cela correspond au moment où l’ovocyte est libérée par l’ovaire.

Au moment où la température chute, c’est le début de la phase de fertilité, puis avec la survenue de l’ovulation, la température corporelle dépasse les 37°C pendant environ 12 jours.


Examen de la glaire cervicale


Afin de déterminer la période de fertilité, il est également possible de se fier à la texture de la glaire cervicale. Cette substance, produite par le col de l’utérus permet à la fois de filtrer et de nourrir les spermatozoïdes.

L’aspect de la glaire va varier au cours du cycle, ce qui en fait un bon indicateur avec la température.

- Juste après les règles, la glaire est sèche et peu abondante.

- Quelques jours après les règles : la glaire devient opaque avec tendance blanche ou jaunâtre et elle devient collante, ce qui empêche les spermatozoïdes de passer.

- Autour du 8ème jour, elle devient plus abondante, sa texture est laiteuse, crémeuse de couleur blanche ou jaune.

- Quelques jours avant l’ovulation : La glaire cervicale est claire et glissante, l’image du blanc d’œuf est souvent donnée pour la décrire. C’est le moment idéal pour les spermatozoïdes puisque la texture de la glaire les protège de l’acidité naturelle de l’utérus.

- Après ovulation jusqu’au premier jour des règles, la glaire reste sèche.

Ainsi, en tenant un journal de bord de la température corporelle et de la texture de la glaire cervicale, il est possible d’obtenir un calendrier précis de son cycle.

Cette technique peut également être utilisée comme moyen de contraception, en ayant à l’inverse, des rapports en dehors des périodes de fertilité, l’OMS lui donne un indice de confiance et d’efficacité de 98%.


2 . Les 3 piliers de la naturopathie pour préparer et optimiser le corps à la grossesse.


Je ne vous apprendrais peut-être rien en vous disant qu’une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique régulière mettent le corps dans les meilleures dispositions dans le désir de conception, cependant il est important de comprendre comment et pourquoi.


L’ALIMENTATION


L’alimentation est reconnue comme un des facteurs pouvant influencer la fécondité.

Notre corps à des besoins spécifiques pour fonctionner, et nous retrouvons ce dont il a besoin dans l’alimentation. Plus votre alimentation sera proche de la terre, c’est-à-dire dans l’idéal, biologique, plus votre corps retrouvera les nutriments nécessaires à son fonctionnement. A l’inverse, plus les aliments sont transformés, plus vous diminuer vos chances de retrouver les nutriments et augmenter la quantité de déchets (radicaux libres) à nettoyer.

Une mauvaise hygiène alimentaire et de vie, génère du stress oxydatif au niveau des cellules ce qui ralentit les réactions chimiques du corps nécessaires à son bon fonctionnement.

Les conseils alimentaires que je partage ci-dessous, sont issus de ma formation de naturopathe et des recherches des articles scientifiques de la base de données médicales internationales (Pubmed). J’en profite également pour remercier Laetitia Bouche et Noura Nakhili, qui m’ont inspiré cet article après la lecture de leur mémoire sur l’accompagnement de la fertilité par la naturopathie.


Eviter / Limiter les acides gras saturés / trans

Où les retrouvent t-on ? Ce sont les mauvaises graisses, celle que l’on retrouve dans les produits industriels, le beurre, la margarine, les graisses animales, le fromage, la crème.

Effets néfastes : Impact négatif sur la création et maturation des spermatozoïdes.

Une étude a révélé qu’une alimentation riche en acides gras trans et en graisses saturées pouvait être liée à une baisse de la fertilité féminine.

Une autre étude confirme que le risque d’infertilité est augmenté de 31% lorsque l’alimentation est essentiellement basée sur le choix de graisses trans (1)


Limiter les sucres raffinés

Où les retrouvent t-on ? Sucre blanc, sodas, pain/pâtes/riz blancs, bonbons, chips, gâteaux industriels.

Effets néfastes : Impact négatif sur le nombre, la concentration et la motilité des spermatozoïdes. Chez la femme, la consommation de sucre raffiné aggrave le syndrome des ovaires polykystiques et les études montrent qu’un taux d’indice glycémique élevé de ces aliments augmente les risques d’infertilité (2). Les aliments à indice glycémique élevé nuit à l’ovulation à cause de l’insuline.


Limiter la consommation de café :

Effets néfastes : Une étude (3) montre que les femmes qui consomment du café doivent patienter jusqu’à 9 mois de plus pour déclencher une grossesse. Chez les hommes, cela nuit grandement au taux de testostérone et au volume de spermatozoïdes.


Limiter le gluten

Où le retrouve t-on ? Blé, kamut, épeautre, avoine, orge, seigle.

Effets néfastes : peut déclencher des maladies cœliaques néfastes à la fertilité chez l’homme et la femme, altère la morphologie et la motilité des spermatozoïdes.


Boire de l’eau : Notre corps est constitué à plus de 70% d’eau, donc il est important de se rappeler qu’il faut boire 1,5L d’eau par jour. Et je précise bien : l’infusion, le thé, les sirops ne sont pas de l’eau =) Car ces boissons demandent un travaille de filtration des reins bien plus important.


Les nutriments contribuant à la fertilité :



Mes conseils de naturopathes :


N’hésitez pas à vous rapprocher d’un naturopathe ou diététicien afin d’établir un programme alimentaire personnalisé.


Personnellement, je ne suis pas pour les régimes, je préfère parler de rééquilibrage alimentaire. Dans la péri-conception, il faut savoir que dans l’idéal, il faut initier ses changements dans l’alimentation 4 à 6 mois avant le désir de conception afin de laisser le temps au corps d’opérer les transformations.

Quoi qu’il arrive, il sera toujours bon pour vous d’adopter une bonne alimentation, donc n’hésitez pas à le faire même si vous souhaitez obtenir des résultats dans des délais plus court, ou en complément d’une procréation médicalement assistée.


Si vous n’étiez pas dans l’équilibre alimentaire jusqu’à présent, il sera peut-être nécessaire d’aider son corps à se nettoyer par une cure de détox (nettoyage du foie notamment, usine qui gère les déchets du corps). Pour cela, vous retrouverez mes conseils dans la partie accompagnement par les plantes.

Vous pouvez également pratiqué le jeûne intermittent, qui favorisera le processus de nettoyage du foie et de l’organisme, renseignez-vous auprès d’un médecin ou d’un naturopathe.


LA GESTION DES EMOTIONS


Nous l’avons abordé dans le fonctionnement de l’appareil reproducteur, le balai hormonal est indispensable dans l’acte de procréation.

Ainsi il faut que votre hypothalamus (partie du cerveau) soit disponible pour sécréter ces hormones… plus vous le solliciterais pour d’autres activités, plus vous fatiguerez la glande, ce qui aura forcément un impact sur la qualité de sécrétions.

L’hypothalamus / hypophyse gèrent un grand nombre de réactions hormonales : l’hormone de croissance, la lactation, les hormones sexuelles, celles de la thyroïde, des reins, et enfin les cortico-surrénales.


C’est sur cette dernière que je souhaite m’arrêter, car la relation hypothalamus/cortico-surrénales intervient dans le mécanisme…. Du stress.


Le stress, l’anxiété


Bien sûr qu’il y a un côté anxiogène lorsque cela fait quelques temps que l’on essaye d’enfanter et que cela n’a pas encore porté ses fruits. Ou lorsque notre mode de vie génère du stress.

Il faut simplement comprendre, que si je suis stressé, je vais activer la sécrétion de l’hormone CRH par l’hypothalamus, d’ACTH par l’hypophyse qui va stimuler les glandes surrénales pour produire du cortisol etc…


Donc si je suis soumis à un stress permanent ou récurrent, je vais donc solliciter les mêmes glandes du cerveau qui sont indispensables à la procréation et ainsi perturber le travail sur cette partie.


Il faudra apprendre à lâcher prise, redéfinir vos priorités afin de laisser votre esprit tranquille.

Pour cela, conservez ou organisez vous des temps pour votre bien-être :

- Activités physiques

- Loisirs

- Massage (rien de tel que de détendre le corps pour détendre l’esprit)

- Relaxation

- Respiration, comme par exemple la cohérence cardiaque que l’on peut trouver en vidéo sur internet ou en application mobile

- Le yoga….

- Boire des infusions thérapeutiques de plantes aux vertus relaxantes (mélisse, passiflore, verveine…)


Favorisez le contact avec la nature, bon nombre d’études scientifiques le démontrent, être au contact de la nature aide à lutter face au stress et la dépression. Je vous laisserais découvrir les articles à ce sujet sur internet, avec notamment l’actions des ions négatifs sur le corps.


Attention aux perturbateurs endocriniens


Comme le porte leur nom, les perturbateurs endocriniens sont des substances, généralement chimique qui vont interférer dans le fonctionnement des hormones. Les perturbateurs endocriniens s'attaquent plus particulièrement aux hormones stéroïdiennes qui interviennent dans les fonctions sexuelles.


Le lien entre infertilité et perturbateurs endocriniens est établi, il engendre :

  • une baisse de la qualité du sperme

  • une augmentation de la fréquence d’anomalies de la fonction de reproduction chez la femme et l'homme

  • un abaissement de l'âge de la puberté

Qui sont les perturbateurs endocriniens ?


Source de la photo : Les perturbateurs endocriniens : un fléau du XXIème siècle (acteurdemasante.lu)


Il est donc important pour le couple qui souhaite concevoir, de se tenir le plus à l'écart possible de ces substances qui nuisent à la fertilité.


ACTIVITES PHYSIQUES


L’activité physique, ce n’est pas forcément le sport, mais une activité qui mets le corps en mouvement. Le but est notamment de permettre l’élimination des toxines de l’organisme via la sueur.

De plus il y a de nombreux autres avantages à la pratique d’activités physiques : contrôle du poids, renforcement du cœur et des muscles, amélioration du sommeil, sécrétion d’hormones du plaisir…

Dans le cadre de la conception, pratiquer une activité physique régulière permet ce travail de nettoyage pour optimiser le fonctionnement des organes et des glandes du système reproducteur.

Cela permet également de lutter face au stress et l’obésité qui sont des freins à la fécondité.


Voici les recommandations de santé publique France en terme d’activités physiques :


Au moins l’équivalent de 30 min. de marche rapide (prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, déplacements à vélo…) par jour au moins 5 jours par semaine.

OU

Au moins l’équivalent de 25 minutes de course ou marche à vive allure (ou toute autre forme d’exercice physique pendant laquelle le souffle se raccourcit et la fréquence cardiaque s’accélère considérablement) au moins 3 jours par semaine.

ET

Des exercices de renforcement musculaire au moins 2 jours par semaine



ACCOMPAGNEMENT PAR LES PLANTES


Afin de booster la fertilité féminine par les plantes, je recommande l’infusion thérapeutique. Attention je ne vous parle pas de la tisane pisse mémé que l’on achète en supermarché. L’infusion des plantes a de tout temps été utilisé pour soigner grands nombres de maux.

Le principe c’est que l’eau est un solvant, qui va piéger et récupérer les molécules des plantes, selon les plantes que l’on utilise, les effets seront divers.


Infusion feuillles de Framboisier, racine de pissenlit et ortie.


En phytothérapie, les feuilles de framboisiers sont des toniques de l’utérus. Elles régulent les cycles féminins déréglés, elles travaillent en profondeur en nourrissant les tissus et renforçant le plancher pelvien (cf C. Bernard, Phytothérapeute). Elles sont nutritives, alcalinisantes et riches en tannins et minéraux essentiels à la bonne santé des organes féminins.


Si les feuilles de framboisiers s’occupent de la sphère féminine, la racine de pissenlit quant à elle est présente dans cette infusion afin de nettoyer le foie. Par son pouvoir drainant, elle va contribuer à éliminer les toxines et soulager les organes d’éliminations.


Enfin, l’ortie est présente en tant que reminéralisant. En effet l’ortie est riche en fer, magnésium, calcium et autres nutriments nécessaires que nous avons vu dans l’article.

Cela crée donc une synergie de 3 plantes : Réguler le système reproducteur, éliminer les toxines, revitalisation et reminéralisation.


Préparation :


Acheter en herboristerie (en physique ou sur internet), ou en magasin bio :

170g de feuilles de framboisier

100g de racine de pissenlit

100g de feuilles d’orties

Cela correspond à une cure de 3 semaines d’infusion à raison de 3 tasses par jour


Dans une casserole, déposer 8g de feuilles de framboisier, 5g de racine de pissenlit et 5g de feuilles d’orties.

Verser dessus 500ml d’eau froide et faîtes chauffer à couvert jusqu’à frémissement, attention de ne pas atteindre l’ébullition.

Déposer la casserole, toujours à couvert, hors du feu et laisser infuser pendant 15min. Filtrer ensuite le mélange dans un thermos à l’aide d’un chinois, ou de filtre à café etc…

Boire le mélange dans la journée, ou sous forme de 3 tasses par jour.


Précautions : Attention de ne plus prendre cette infusion si vous êtes enceinte, l’action du framboisier serait contre-productive, cette infusion est à prendre avant la grossesse.

Ne pas prendre d’orties en cas d’hémochromatose, et de pissenlit en cas d’insuffisance rénale.



Pour les hommes :


D’après une étude 2010 (4), l’ashwaganda :


  • Améliore la motilité et le nombre de spermatozoïdes

  • Limite le stress oxydatif qui est nocif aux spermatozoïdes

  • Améliore le taux d’hormones nécessaires pour la qualité du sperme.


Je recommande donc l’utilisation de la racine d’ashwaganda, d’autant qu’elle agit également sur le stress.

Vous pouvez l’acheter sous forme de gélules en magasin bio, pharmacie, ou en poudre pour en faire un mélange (je vous laisse le découvrir sur le lien suivant : Ashwagandha (Withania somnifera) : stress et troubles du sommeil (altheaprovence.com) ).

Précautions : Peut interagir avec les anti-dépresseurs, les sédatifs, contrindiquer en cas d’hémochromatose, hyperthyroïdie.


Sachez que l’effet des plantes se fait ressentir au bout des 14-21 jours en étant régulier dans les prises, ce ne sont pas des pilules miracles 😉 Si vous remarquez des réactions désagréables lors de la prise d’infusion, diminuer le dosage ou arrêter le traitement.

N’hésitez pas à me contacter si vous désirez être accompagnés.


Je vous souhaite le meilleur dans votre projet de devenir parent, n’oublier pas que le plus important est de garder l’amour au centre de votre projet, autant lors des rapports sexuels que dans le rééquilibrage de votre hygiène de vie. Faire les choses sous la pression et la contrainte, ou avoir des rapports uniquement pour concevoir sera contreproductif.

Alors respirez, prenez soin de vous, bougez, mangez équilibré et donner vous de l’amour et tout ira bien.


Benjamin DUPUIS, Naturopathe



Sources :

1. Etude de l’ANSES de 2016 : Les acides gras trans : Présentation, sources et effets sur la santé

2. Département de la nutrition, Harvard, A prospective study of dietary carbohydrate quantity and quality in relation to risk of ovulatory infertility.

3. Caffeine intake and delayed conception: a European multicenter study on infertility and subfecundity.

4. “Fertility and Sterility” 2010 Pubmed

45 vues0 commentaire